Les modules photovoltaïques

Si vous avez décidé d’installer des panneaux solaires

cette rubrique vous expliquera d’abord comment ils fonctionnent.

types-de-modules photovoltaique

La découverte de l’effet photovoltaïque a été faite vers la moitié du dix-huitième (18) siècle.

Le fonctionnement d’un panneau solaire est de créer une FEM (Force électromotrice) dans un solide en absorbant de l’énergie lumineuse.

Actuellement, il n’y a pas encore d’autres moyens de conversion d’énergie solaire en électricité.

L’élément de base des panneaux solaires est la cellule photovoltaïque :

elle est classée dans les catégories des semi-conducteurs, fabriquée basiquement par du Silicium.

Elle délivre en moyenne 0.5 à 0.6V.

Sur la cellule photovoltaïque, on distingue deux (02) couches de Silicium :

l’une dopée positivement avec du Bore (nommée P), l’autre dopée négativement avec du Phosphore (nommée N).

En sachant que le courant est le résultat du déplacement d’électrons, l’arrivé des photons contenus dans la lumière du soleil rompt les atomes de Silicium et les électrons.

Les atomes à charges positive rejoignent P et les négatives N.

Ce phénomène provoque la création d’une différence de potentiel, en d’autres termes une tension électrique : c’est l’effet photovoltaïque.

Afin de réduire les pertes par réflexion et de protéger les cellules, une couche antireflet les recouvre : c’est ce qui donne leurs silhouette bleue foncée.

Les panneaux photovoltaïques sont les interconnexions de cellules photovoltaïques.

La puissance des modules photovoltaïques est variable selon leurs surfaces et leurs technologies.

Il est bon de préciser que la puissance en photovoltaïques est mesurée en Watts-crête, qui désigne la puissance fournie par ciel bleu au midi solaire.

Sur le marché, on rencontre deux (02) variétés de modules photovoltaïques :

  • La première regroupe les modules faites à base de Silicium cristallin dont deux catégories sont disponible : le monocristallin et le polycristallin.
  • La seconde regroupe concerne les panneaux à couches minces, qui sont moins utilisés à cause de leurs faible rendement par rapport au module cristallin.

Il y a trois principales technologies couches minces à savoir les modules au Silicium amorphe, les modules au Cuivre Indium Sélénium.

La production de courant par les panneaux solaires nécessite en plus quelques dispositifs essentiels.

panneaux solaires

L’énergie lumineuse est convertie en courant continu par les panneaux solaires ;

ce courant est le même que celui produit par les piles ou par les batteries des voitures.

Or, la majorité des appareils fonctionne sous le signal alternatif ; donc il y a nécessité d’une seconde conversion, celle du continu à l’alternatif qui est réalisée par un onduleur.

L’interconnexion de plusieurs cellules, au sein des panneaux photovoltaïques donne le module photovoltaïque.

Les caractéristiques d’un panneau de soixante (60) cellules six (6) pouces (appelé aussi chaîne photovoltaïque) sont :

une tension entre l’intervalle de 30 à 40V et une intensité de courant d’environ 8A.

Soit l’équivalent d’environ 250Wc, une puissance assez suffisante pour faire fonctionner un petit appareil électroménager.

Cette dernière permet d’avoir une tension plus élevée et optimisée,

mais si on assemble plusieurs chaînes en parallèle (permettant d’additionner les courants sur chaque chaîne)

on obtiendra ce qu’on appelle champ photovoltaïque avec davantage de puissance variant de quelques kWc (kilo Watts-crête) à quelques dizaines de MWc (Méga Watts-crête).

Leave a Reply